Lundi 30 mars 2020

Les matinées se suivent tel des synonymes ternes et cernés, caféinés et enfumés. Les faisceaux du soleil viennent s’écraser sur ma gueule comme un poids lourd, chaque réveil est un carambolage. L’ennui bien emmitouflé dans des draps sales ouvre lui aussi les yeux, il est tâché des éclats de peinture de la veille, des poissons asphyxiés sur la poitrine et des vagues dedans lesquelles j’embourbe mes pieds.


Tandis qu’il neige dans le sud, tandis qu’il neige dans l’est, je cultive une colère orageuse en mon sein.

Publicité

3 commentaires sur “Lundi 30 mars 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s