21 mai 2020

Monarque de mes nuits, j’ai la plume chagrine ;
Au-dessus de mon lit, tu cessas de voler
Et tes ailes de suie enivrées du pêché
Sont usées mon ami, ton corps a prit racine.

Dans les allées lilas, auprès des aubépines,
Échoué un rien fat, phalène fatiguée
Mon lepidoptera, oui tu t’en es allé
T’enterrer loin de moi, tout seul sous la bruine.

Mon joli vice-roi, à ta tombe fleurie
Des fragrances de mai, tu trouvas le répit;
J’irai y déposer mon espoir et mes larmes.

Monarque de mes nuits, je ne fus jamais reine,
Ni même princesse, mais un instant de charme
Dont tu t’es abreuvé ce printemps méthylène.

Publicité

4 commentaires sur “21 mai 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s