24 mai 2020

C’est un fauve aux aguets à l’acérée mâchoire,
Un songe illuminé, un esthète dément,
Un danseur étoilé de la plume l’amant,
À travers ses sonnets il renomme l’espoir.

C’est un lion sans fiel ancré dans ma mémoire,
Sa crinière est le ciel, sa joie mon firmament,
Mon gredin ménestrel, mon gentil garnement,
La faune immortelle d’une éternelle foire.

Mon solaire félin, mon frère fantasmé,
Mon poète insolent, mon néo Mallarmé,
Mon enragé gamin à la prose sauvage,

Mon entêté farouche, écrivain siamois,
Si le temps est succinct qu’importe le breuvage,
Car Léo à ta bouche les mots sont l’émoi.

Publicité

Un commentaire sur “24 mai 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s