25 mai 2020

Je me suis laissé choir dans le foyer des muses
Cet âtre où la folie lézarde la raison,
Où les braises jolies se mêlent au charbon ;
Qu’il est doux de croire que jamais rien ne s’use.

Je me suis laissé choir dans le foyer des muses
Ce royaume ma mie où résonnait ton nom,
Où l’ardeur mon ami était chaque saison ;
Qu’il est doux de croire que jamais rien ne s’use.

Cruel est le printemps et déjà l’incendie
De ses flammes balaie les romances hardies,
Et mon coeur haletant déborde de sanglots.

Au foyer des muses, les passions sincères
Se brisent en éclats sous les coups du doleau.
Chaque iddyle s’use, l’amour est un faussaire.

Pics by Léo.
Publicité

2 commentaires sur “25 mai 2020

    1. J’ai pas mal galéré pour le trouver celui là à vrai dire, à l’origine je crois que ça terminait par  » persévère « . Mais je voulais une rime riche et au final, je pense que ça passe mieux de la sorte 🙂

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s