01 novembre 2020

Entends-tu toi aussi, de la nuit les murmures
L’écho alcoolique des mille soubresauts,
L’arpège tragique, fat, qui nous prend d’assaut,
Nous laissant indécis, les rêves pour armure ?

Et vois-tu toi aussi, ces sourires de murrhe
Irisés antiques, au-dessus du berceau
D’un songe aphasique, ceux dont chaque faisceau
Fait soudaine éclaircie à travers les ramures ?

L’as-tu goûté enfin ce corps balbutiant
De névroses en fleurs, toujours impatient
De te prendre la main pour dessiner la vie ?

L’as-tu touché enfin cette belle exuvie
Dont s’est débarrassé la dernière des étoiles ?
À nos fronts éthérés, éternelle elle luit.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s