Aurore indocile.

Aurore indocile ; le grenat au goulot
Et la lie au gosier, ma bouche ce hublot
Où stagne la bile des nausées matinales
Quand nos corps extasiés s’étirent en râles

En cris volubiles et en tendres sanglots
L’âme anesthésiée et enfin les yeux clos,
Aurore indocile, je te rêve brutale ;
Floraison en rosier sans le moindre pétale,

Du vin au goût de sang, que mordent les canines !
Que ce soit indécent, que ça griffe l’échine !
Les phanères au poing attachées fermement

Et qu’enfin à mes reins du pourpre l’on colore !
Marques nébuleuses dont j’aime le pigment,
Le charnel zinzolin pour au matin éclore.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s