Dimanche 22 mars 2020

C’est un champ de possible, un chant inaudible ; acharné libidineux dont les danses dessinent des dialectes oubliés. C’est d’un charme indécent.


C’est un champ de stellaires, adventice échappée des jardins ; aux confins des campagnes, confiné cependant, s’émancipe comme il peut des sépales de ses pairs.


Fiévreux fanfaron effleurant la folie, n’oublie point de briller de fébriles lueurs et de brûler toujours nos fleurs flétries. Viens cueillir avec moi des pissenlits au printemps et la prose cracher sur des phalènes de papier. Égarons-nous en meutes éméchées et marchons main dans la main ; à bord du colonavire nous voguons et des tumultes des flots nous sortirons vainqueurs.


Léo mon ami, mon fantasmé fantôme, tu es bel et bien là. 


Je ne suis pas très loin.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s