Notes relatives à l’arrêt du tabac, troisième jour.

« Nicotine mon amie, quand j’ai le cœur en fête
J’inscris sur mes poumons de ta fumée l’écho.
Je te rêve lointaine des folies coutumières.
Ne veux plus t’avaler, te chérir ni t’étreindre »

23 avril 2021, vision prémonitoire.

Etude à propos de l’apathie faciale et de l’amélioration du grain de peau passé 48h sans fumer.

Troisième jour sans tabac et je suis tout sauf radieuse. Vaudrait mieux me tenir en laisse et me museler, plutôt que de me laisser errer à ma guise sur les trottoirs ; je finirais par me battre avec n’importe quel.le chien.ne errant.e et tandis qu’iel baignera agonisant.e dans l’hémoglobine, j’irais lacérer un.e vieux.ielle et excorier un.e gosse. Il est plus sage de rester confinée loin de mes semblables ; je ne souhaite pas opérer à un génocide après tout, je me sèvre simplement d’une substance. « Les substances, parlons-en des substances, pour foutre la merde, elles sont championnes », pour presque paraphraser Jakie Quartz.

Saviez-vous que la nicotine, alcaloïde essentiellement présente dans les plantes issues de la famille des solanacées, possède des vertus antifongiques ? Que la teneur en nicotine d’une cigarette était équivalente à celle d’environ 100kg de pomme de terre ? Je ne pense pas pouvoir ingurgiter une telle quantité de patates. Heureusement, c’est aussi à cette grande famille botanique qu’appartiennent la belladone ou la datura, ainsi, si je souhaite me préserver des effets addictifs et psychoactifs du tabac, il me reste encore la joie de jouer à l’apprentie sorcière et de m’empoisonner allègrement à la scopolamine comme le faisait par dépit Catherine Pozzi. J’écrirais alors de forts jolis poèmes « Et je naviguerai le ciel A bord d’un cœur sans capitaine ». J’aurais tout le loisir de prétendre avoir confondu le chénopode avec la morelle pour justifier ma consommation de psychotropes légaux et me mettre en danger de mort. Ça valait bien la peine d’interdire les feuilles de CBD tient, débile de Darmanin. D’ailleurs toi si j’te croise, j’te mords. A moins que je ne sois muselée, mais nous ferons exception pour ce ministre de l’intérieur… Sont-ce des menaces que je prolifère là ? Pourrait-il me condamner pour incitation à la haine ? De la part d’un présumé violeur, ce serait gonflé… Je prends le risque donc ; Gérald écoute moi bien, si je te croise, je te plante les canines dans le mollet.

Troisième jour sans tabac donc, j’ai une angine et je planifie de massacrer quiconque croisera mon chemin. Je pourrais me mettre aux arts martiaux pour canaliser cette violence, le taekwondo ou encore l’origami par exemple (le papier bien aiguisé, c’est une lame de Toledo, un fier Opinel), mais il m’a semblé plus judicieux de condenser ma bile à travers de haineux discours et de participer à la réduction de la population terrestre en accusant les effets secondaires du sevrage.

L’apathie est toujours présente mais s’agrémente désormais d’un léger strabisme. Le grain de peau quant à lui, n’a guère évolué. Nous ignorons cependant pourquoi le sujet de l’étude s’essaie à sourire.

I have a long long way to roam.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s